samedi 30 avril 2016

C'est la fin du mois, qu'avez-vous lu? #10

  J'adore le rendez-vous hebdomadaire "C'est lundi, que lisez-vous?" Mais comme parfois, d'une semaine à l'autre, je lis encore le même livre, il est difficile pour moi de faire ce post toutes les semaines. Alors j'ai décidé de le mensualiser!


C'est la fin du mois, qu'avez-vous lu? 

Luxure et gourmandise de Kristeen Small
La fièvre au cœur! de Philippe Arfeuillère
Eruptions de P.M. Lorenz
Marked men 1 de Jay Crownover
Pucked 1 de Helena Hunting
Bad 1 & 2 de Jay Crownover
Les silences de Thalès de Hélène Louise
Eternels 1 de Alyson Noël
Le ventre et l'oreiller de Nicole Bartlaj
Apocalypse bébé de Virginie Despentes
Plaisirs gourmands de Hélène Saint-Hilaire

Et le mois prochain, que lirez-vous?

En lecture commune avec Sophie
Marked Men 2 et 3 de Jay Corwnover

En lecture commune avec Taveera
Phobos 2 de Victor Dixen

En partenariat avec Publishroom
Théys de Karine Rolland
Avant que ma mémoire défaille de Pierre Desmet
La tuile...et autres bricoles de Christian Baup

  En partenariat avec l'auteur Sébastien Tache
Mon père ce bébé

Et si j'ai le temps
Miss Peregrine 2 de Ransom Riggs
Eternels 2 de Alyson Noël
Bad 3 de Jay Crownover
Archer's voice de Mia Sheridan
La vie d'Agnès de Sylvie Anne

Et vous, qu'avez-vous lu?

jeudi 28 avril 2016

Vos lectures #111: Plaisirs gourmands de Hélène Saint-Hilaire


Couverture de Plaisirs Gourmands  A 26 ans, Albertina vient tout juste de finir ses études. Elle a toujours mis ses ambitions professionnelles en première ligne et vivre le grand amour n’a jamais fait partie de ses préoccupations. D’autant qu’elle est plutôt du genre intello complexée. Lorsque sa grand-mère lui demande de gérer le salon de thé qu’elle projette d’ouvrir, elle ne peut pas refuser. La jeune femme se retrouve coincée dans un quotidien qui ne lui convient pas vraiment. C’est alors qu’elle fait la connaissance de Léo, un homme d’une beauté indécente recruté comme pâtissier. C’est lui qui va l’amener à bouleverser un plan de vie bien tracé et changer l’ordre de ses priorités. Elle le croit trop beau pour elle, mais la passion sensuelle lui fera découvrir des aspects de sa propre personnalité qu’elle ne soupçonnait pas un seul instant…
Elle est trop sérieuse. Il est trop beau pour elle. Et pourtant….






Mon avis:
   Cette jolie histoire drôle et attendrissante est particulière. Déjà, elle donne l'impression que les 3 autres personnes qui gravitent autour de Léo et Albertina sont autant importants qu'eux. Ils sont captivants et émouvants.
 Albertina est bourrée d'à priori et de complexes. A tel point qu'il lui est impossible d'avoir du plaisir pendant le sexe. Au delà d'une banale histoire d'amour, c'est surtout le parcours d'une jeune femme pour s'accepter physiquement parce quelle fait un bon 42 plutôt qu'un 36. Très intelligente, elle se sert de son intellect pour se défendre. Car en effet, elle est toujours sur la défensive et devient bien souvent agressive et méchante envers les gens qui l'aiment et veulent percer sa carapace. Certes, cela la rend parfois pénible mais son cheminement intérieur est vraiment intéressant d'autant que toutes les femmes un peu rondes ou complexées comme elle peuvent s'identifier.
  Léo quant à lui est un pâtissier particulièrement sexy mais complexé par le fait qu'il n'a pas fait d'études universitaires. Pourtant, il est adorable avec Albertina, même lorsqu'elle est cruelle avec lui. De plus il est très fin psychologiquement puisqu'il tape toujours là où il faut pour l'aider. 
  Enfin tous deux ont un passé chargé avec leur mère respective qui les empêche d'avancer dans leur vie d'adulte. Et autour d'eux, il y a Annie, la grand-mère piquante d'Albertina, Gisèle, la spécialiste en thé très ouverte et douce et Ahmed, le commis de cuisine qui cache un talent particulier. Tous sont coincés dans leurs complexes et les non-dits mais ensemble, ils vont peu à peu finir par s'ouvrir et s'aider. 
  Avec beaucoup d'humour et de tendresse, l'auteure nous émeut et nous montre qu'en s'ouvrant et se laissant aller, on peut finalement aller au bout de ses rêves!

mardi 26 avril 2016

Vos lectures #110: Apocalypse bébé de Virginie Despentes




Couverture : Apocalypse bébé
  Valentine disparue... Quand une adolescente douloureuse est le seul point commun de tous ceux qui, de Paris à Barcelone, la cherchent sans se connaître et se trouvent sans la sauver.
















Mon avis:
   J'ai connu Virginie Despentes en regardant le film Baise-moi et avec la traduction de la chanson de Placebo Protège-moi (que j'adore). Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle sait taper là où ça dérange. Du coup, j'en attendais autant en ouvrant ce livre. Et si cette fois, j'ai trouvé le style plus soft, la plume est toujours aussi incisive et le construction de ce roman est originale. 
  Lucie est payée pour suivre les ados par des familles riches. Elle se contente de la médiocrité de sa vie mais commence à se demander si elle ne va pas en changer. Jusqu'au jour où Valentine, une ado perturbée disparaît, lors de la filature. Elle est alors chargée de la retrouver et se fait aider par la Hyène, une marginale lesbienne, qui travaille souvent pour les hauts-placés de Paris.
  Les passages de Lucie sont écrit à la première personne, permettant une immersion immédiate dans l'histoire. Mais entre chaque passage de Lucie,  c'est un narrateur extérieur qui prend le relais pour nous présenter des personnes qui ont toutes un lien avec Valentine. 
  Finalement, l'enquête en elle-même n'est pas importante. Elle est au second plan. L'auteure ici nous brosse un portrait des bas-fonds de Paris et des ados bourgeois délaissés par leurs familles, formatés pour suivre un chemin tracés pour eux.
 Chaque personnage croisé est ici décortiqué, torturé, sombre et rien ne trouve grâce à ses yeux. La moindre situation qui pourrait apparaître plus douce est immédiatement salie. 
  Et si l'on ne voit que les mauvais cotés de Lucie, la Hyène ou Valentine, il est impossible de ne pas les aimer. Pour autant, les autres, comme les parents de la jeune ado, sont proprement détestables tant ils sont égoïstes et égocentriques. 
  Bref, un livre surprenant, dans lequel nous plonge Virginie Despentes. Sans concession, elle nous remue et nous dérange mais difficile de lâcher le livre avant de le terminer même si l'on pense en connaître rapidement l'issue. Enfin, les conséquences directes de l'acte de Valentine sont juste hallucinantes et franchement, je n'ai rien vu venir!
 

lundi 25 avril 2016

Vos lectures #109: Le ventre et l'oreiller de Nicole Batlaj

  Une nuit, place de l’Ecole militaire, la narratrice rencontre Michel. Michel qui vit dans la rue, qui murmure silencieusement pour apprivoiser sa solitude, psalmodiant les béatitudes de César Franck. Peu à peu, tous deux s’apprivoisent. Il lui ouvre les portes du secret de ses nuits, faites d’alcool, de dangers et de délires. Elle lui ouvre les portes de son enfance, de sa mélancolie. Elle lui offrira un gîte, un accueil, une trêve et lui sa présence, solide et apaisante.

Ce livre a été lu dans le cadre de mon partenariat avec Publishroom, maison d'auto-édition. Vous pouvez retrouver cette histoire sur cette page, ici.





Mon avis:
  Ces quelques pages d'une grande pudeur parle de respect et de dignité. Michel est un sans-abri touchant qui ose saisir la main qui lui est tendue par une inconnue un soir de grand froid. Très pudiques, les deux personnages vont s'aimer, se comprendre et se respecter. Avec délicatesse, Nicole Batlaj nous rappelle que la misère est tout près de nous. Mais surtout, elle évoque la méchanceté avec laquelle les personnes sans abri qui n'ont déjà rien peuvent être traités. Grâce à elle, nous apprenons à connaître Michel, ses failles et ses traumatismes. 
  Ici, le Ventre et l'Oreiller sont les symboles de l'amour et du réconfort, ces besoins primaires qui animent chaque Homme.
 Cette courte nouvelle (55 pages environ) est écrite avec beaucoup de poésie. Les phrases sont courtes, parfois complexes c'est vrai, mais cela reste très beau et facile à lire.

dimanche 24 avril 2016

Vos lectures #108: Eternels de Alison Noël (6 vol.)

Couverture de Éternels, Tome 1 : EvermoreAvant l'accident, Ever Boom était une adolescente populaire et joyeuse. Quand elle perd toute sa famille dans cet épisode tragique, elle reçoit soudain un terrible don : celui de lire dans les pensées des gens et de connaître leur vie simplement en les touchant. Elle se renferme alors sur elle-même et évite le contact des élèves du lycée qui la regardent comme une chose bizarre...
Jusqu'au jour où elle rencontre Damen Auguste. Damen est mystérieux et d'une beauté inquiétante.
Toutes les filles du lycée se le disputent mais c'est à Ever qu'il s'interesse. Or c'est le seul être dont elle ne peut pas découvrir les pensées. Et personne ne sait réellement qui il est ni d'où il vient. Damen n'est pas un simple mortel, Ever en est certaine. Elle sait aussi qu'elle est profondément et irrémédiablement attirée par lui...







Mon avis: 
  Cette série commence comme des tas d'autres. Ever est la nouvelle du lyçée et elle rencontre un beau garçon mystérieux, convoité par les autres filles. 
  Ever, qui a perdu toute sa famille est profondément marquée. D'autant qu'à présent, elle possède des pouvoirs qu'elle ne maîtrise pas et qui la perturbent terriblement. D'un caractère assez renfermé, ce qui est normal compte tenu des circonstances, elle tente de se fondre dans la masse et ne fréquente que Haven et Miles, eux aussi mis à part au lyçée. 
  Pour ce qui est de Damen, je l'ai trouvé assez lisse et fade. Tout au long du livre, il ment à Ever, lui souffle le chaud et le froid, pour la tester. J'avoue que malgré les explications qui n'apparaissent que vers la fin, je n'ai pas compris toutes ses motivations.
  L'écriture de l'auteure et légère et donne une fluidité à l'histoire. On lit vite mais les personnages principaux ne sont pas beaucoup approfondis. Pour moi, ils manquent de substance. Haven, en ado pénible et en manque de repères et selon moi plus intéressante. De plus, il est dommage de Sabine, qui a pourtant un rôle essentiel dans la vie d'Ever, ne soit pas plus présente.  
  Hormis ces quelques points négatifs, je ne me suis pas ennuyée et les révélations faites à la fin donne envie de voir ce qu'il va arriver à Ever et Damen dans le tome suivant.

Couverture de Éternels, Tome 2 : Lune Bleue  La vie souriait enfin à Ever. Après six siècles d'attente, Damen et elle étaient désormais réunis. Mais un jour celui-ci ne la regarde plus. Pourquoi semble-t-il avoir tout oublié de ce qu'ils étaient? L'arrivée au lycée de Roman, un étrange étudiant que tous semblent apprécier, aurait-elle un lien avec ce cruel changement?
   Prête à tout pour sauver son amour, Ever explore son nouveau monde, l'été perpétuel. Elle y découvre le secret de Damen - une sombre histoire qu'il espérait lui cacher. Elle apprend aussi l'existence d'un mystérieux portail qui apparaît au moment de la lune bleue et permet de circuler à travers le temps.
   Or la lune bleue approche... Ever doit alors faire face à un choix déchirant : revenir dans le passé pour ramener sa famille à la vie, ou rester dans le présent et sauver Damen.  






Mon avis:
On croyait Ever et Damen tranquille mais un sacré élément perturbateur est venu se mettre au milieu. 
Un nouvel élève perturbe terriblement la jeune fille alors que les autres semblent l'adorer. 
Il faut le dire, Roman est tout de même un personnage assez agaçant et bien que cela soit sûrement voulu par l'auteure, j'ai eu beaucoup de mal avec lui.
  Ever se rapproche un peu de sa tante et même si elle n'a toujours pas la place qu'elle mérite selon moi, j'ai été contente de la retrouver. Quant à l'adolescente, elle va devoir prendre de grandes décisions, se fier à des gens et lâcher prise. Hélas, elle ne choisira pas toujours la bonne voie.
  Il y a beaucoup d'introspection dans ce tome et il s'agit surtout qu'une quête spirituelle pour Ever
  Damen est cette fois la "victime" et cela rend le personnage un peu plus intéressant mais je n'accroche toujours pas plus que ça avec lui. 
  Ce deuxième tome a moins d'actions mais il diffère du premier, c'est ce que j'ai apprécié. L'auteure a réussi à me surprendre et j'espère qu'il en sera de même dans le tome trois. 

 Couverture de Éternels, Tome 3 : Le Pays des Ombres Ever a sauvé Damen de la mort - mais à quel prix ?
Amoureux fou l’un de l’autre, il sont pourtant condamnés pour l’éternité à s’aimer sans pouvoir se toucher. Car le moindre contact entre eux risquerait de tuer Damen.
Celui-ci s’inquiète d’ailleurs pour leurs âmes, ayant découvert lors de son bref passage vers la mort un monde lugubre, sordide et sombre : Shadowland, la terre des âmes perdues. Les âmes des Immortels. Il se demande alors si faire d’Ever une immortelle était une si bonne décision que ça...
 De son côté, la jeune fille chercher par tous les moyens à savoir si Roman détient réellement l’antidote. Par ailleurs, elle rencontre Jude, le petit-fils de Lina, qui tient la boutique où travaillait Ava. Le jeune homme, psychique lui aussi, semble avoir le pouvoir de voir les esprits... et peut-être même d’aider la jeune fille dans ses recherches. Mais c’ést sans compter Damen...






Mon avis:
  J'attendais vraiment un peu plus de substance pour ce 3ème opus. Mais les deux héros étaient tellement insupportables, que je n'ai rien eu!
  Damen est tout aussi fade et absent que précédemment. Il n'a qu'une idée, sauver l'âme d'Ever mais on ne le voit pas agir. Il s'éloigne d'elle mais tente tout de même de lui prodiguer de précieux conseils quant à sa toute nouvelle condition d'immortelle.
  Ever est enquiquinante tout au long du livre. Encore une fois, elle fonce sans réfléchir, refuse de voir plus loin que le bout de son nez, n'écoute pas les conseils de ceux qui en savent clairement plus qu'elle et cumule les erreurs. Et dire qu'elle a l'éternité pour provoquer d'autres catastrophes! Pauvre Damen! En plus, son comportement envers sa tante qui essaie de construire une histoire d'amour est des plus égoïste et immature! J'ai eu envie de lui mettre des claques tout le long!
  Roman est toujours là, et c'est un cliché ambulant: le méchant froid, calculateur qui passe son temps à ricaner pour déstabiliser Ever à lâcher des phrases sibyllines. 
  En fait, seules les jumelles qui tentent de retrouver leurs pouvoirs et Sabine m'ont parues intéressantes. Et pour ce qui est des amis Miles et Haven, ils deviennent plutôt intrusifs et c'est aussi pénible! Heureusement, en découvrir un peu plus sur leurs vie antérieure  de Damen et Ever est passionnant mais il y en a hélas trop peu!
  Bref, si ce n'est la curiosité de voir comment Ever va démêler tout le bazar qu'elle a provoqué (et quel drame elle va encore produire!) j'abandonnerais cette série.  

Couverture de Éternels, Tome 4 : La Flamme des Ténèbres Dès qu'Ever révèle à son amie Haven les pouvoirs de sa nouvelle condition d'immortelle, celle-ci devient incontrôlable… Obsédée par ses capacités extraordinaires, elle expose leurs secrets aux
yeux de tous, mettant en péril leur monde, l'Eté perpétuel. Au même moment, Ever se plonge dans la magie pour libérer son âme soeur Damen du sort dont il est prisonnier. Mais une erreur de formule la lie à son ennemi de toujours : Roman. Elle éprouve alors une irrésistible attirance envers lui. Ce dernier en profite pour mettre en oeuvre ses stratégies les plus cruelles pour la détruire. A deux doigts de baisser la garde, Ever puise dans ses dernières ressources pour se libérer de la malédiction qui la sépare de Damen. Un amour vrai ne s'éteint jamais.







Mon avis:
  Si j'ai réussi à lire ce tome très rapidement, je n'ai toujours pas réussi à m'attacher aux personnages.
  Ever est "possédée" par une force obscure qui la pousse vers Roman et cela la rend encore plus pénible qu'avant. 
  Quant à Damen, il se laisse porter par les évènements sans vraiment chercher une solution à leur problème majeur et reste un héros bien trop pâlot et insignifiant.
  Pour ce qui est du dialogue dans le couple par contre, on repassera. Ever fait des secrets, se flagelle, geint en permanence mais ne se confie jamais à Damen parce que, bien sûr, ce qui la possède l'en empêche. Et, évidemment, quand l'ombre d'une possibilité de dialogue apparaît, c'est, Damen qui refuse de l'écouter. Je dois avouer qu'ils sont de plus en plus agaçants c'est deux là!
  Enfin, il y a Haven. Elle était si attachante en ado mal dans sa peau, souffrant de l'indifférence de sa famille. Mais là, c'est juste une gamine capricieuse et égocentrique insupportable.
  Bref, dans ce tome, encore et toujours des secrets inutiles et des gens qui ne s'écoutent pas. L'histoire peine à garder de l'intérêt si ce n'est les voyages dans l'Eté perpétuel qui permettent de voir le passé des personnages.
  La fin cependant remonte (légèrement) le niveau donnant envie de savoir comment Ever et Damen vont trouver une solution et calmer l'ire de Haven. En espérant que ces non-dits vraiment lourds et inutiles nous soient épargnés dans le prochain volume!


Couverture de Éternels, Tome 5 : Une Étoile Dans la Nuit Depuis la mort de Roman, Ever est traquée par Haven, qui maîtrise à présent ses nouveaux pouvoirs d'immortelle. Prête à tout pour venger son amant, Haven tente de briser le lien éternel qui unit Ever et Damen. Ever va devoir faire face à une cruelle révélation, et affronter la plus terrible des adversaires : la personne qui la connaît le mieux au monde. Puisant dans ses dernières ressources pour surmonter cette nouvelle épreuve, elle se découvre des dons qu'elle ignorait posséder ... Pourra-t-elle se résoudre à sacrifier celle qui fut son amie pour sauver son âme-soeur ? Au coeur de la tourmente, Ever saura-t-elle rester fidèle à ceux qui lui sont les plus chers ?



Ce livre est lu pour le Challenge de  l'été des pirates





Mon avis: 
 Au bout de 5 tomes, il est clair que nos deux héros n'ont toujours pas compris que le dialogue et l'honnêteté étaient primordiaux pour un couple. 
  Damen, toujours aussi fade, persiste a censurer leurs vies antérieures pour protéger (l'infantiliser ? ) Ever. J'avoue ne pas avoir compris ses motivations! Pendant un moment on croit que c'est parce qu'il a commis des choses atroces mais en connaissant toutes la vérité, il est clair que ce n'est pas la cas. Alors vraiment, à quoi bon? Parce qu'encore une fois, cela fait douter Ever de lui et de son amour. Du coup, encore, elle lui en veut et s'éloigne pour se rapprocher du pauvre Jude qui ne sait plus sur quel pied danser. 
  Ever quant à elle est à la poursuite de la chemise que portait Roman lors de sa mort et doit pour cela affronter une Haven immortelle complètement dingue. Et pour le coup, c'est elle que j'ai aimé en psychopathe super puissante! Même si par moments leurs affrontements sont long avec des dialogues assez répétitifs!
   Bref un tome qui a encore beaucoup de longueurs et qui ne parvient pas à me faire aimer cette série
  Les seuls points positifs selon moi sont Jude et Miles. J'aime ces deux personnages qui ne s'en laissent pas conter. Ils ont un avis très mature sur la mortalité et surtout ils savent ce qu'ils veulent et ne tergiversent pas éternellement!


Couverture de Éternels, Tome 6 : Pour ToujoursEnfin libérés de leurs enemis, Ever et Damen se lancent dans une dernière quête : trouver l'élixir qui leur permettraient d'accéder à l'avenir radieux auquel ils aspirent depuis toujours .
Mais leurs recherches vont les mener sur un terrain dangereux , au coeur de l'été perpétuel ... un marais sinistre et hostile qui les confronte aux fantômes de leur passé .
C'est dans ce lieu qu' Ever et Damen vont découvrir les origines de leur passion et la raison de leur lien si profond : une histoire tragique qu'ils n'auraient jamais pu imaginer . Tout est alors remis en cause , même leur immortalité . Leur amour résistera-t-il à cette ultime épreuve ? 

 Ce livre est lu pour le Challenge de  l'été des pirates






Mon avis:
 Enfin, je termine avec cette longue série. 
  Une fois tous les ennemis éliminés, on pouvait croire que Ever et Damen n'avaient plus qu'à vivre leur éternité en paix. Hélas, ils ne peuvent toujours pas se toucher et sont toujours à la recherche d'une solution
  Si Ever se montre cette fois sûre d'elle et bien plus mature qu'avant, Damen est franchement pénible à force de ronchonner tout le temps et de freiner des quatre fers lorsqu'Ever tente d'avancer et de comprendre leur destinée. 
  J'ai bien aimé en découvrir encore pas mal au sujet des vies antérieures de tous les personnages. Cependant, tout le reste n'est qu'une quête spirituelle assez moralisatrice.  
  Tout est ici affaire de karma, de pardon et de réparation. On retrouve même les âmes de certains disparus que l'on ne pensait pas revoir. D'ailleurs, j'ai regretté que l'auteure n'aille pas au bout de son idée première et rajoute une possibilité de changer quelque chose de définitif après le fameux "pardon". 
  De plus, la fin est loin de ce que l'on pourrait croire puisque les deux héros vont devoir prendre une décision qui va changer radicalement leur avenir. Encore une fois, j'ai trouvé regrettable que l'auteure bifurque brutalement sur cette voie plutôt que de poursuivre ce qu'elle avait clairement défini au début. 

Bilan de la saga: Si le sujet était pour moi excellent, je n'ai pas accroché. Les personnages sont restés insipides et pénibles bien que certains d'entre eux plus secondaires se soient finalement révélés plus attachants que Ever et Damen. J'ai beaucoup aimé le principe de vie antérieure et de karma mais beaucoup moins cette espèce de "pureté" et ce manichéisme  recherché par Alyson Noël. C'est une grosse déception pour moi.


 

lundi 18 avril 2016

Vos lectures #107: Bad de Jay Crownover (3 vol.)

Couverture de Bad, Tome 1 : Amour Interdit  Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé. Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.


Certaines scènes sont destinées à un public majeur et averti.

Mon avis: 
  Si il y a une chose que l'on doit reconnaître à Jay Crownover, c'est qu'elle casse les codes des romances habituelles chez Harlequin! Je suis tombée sous le charme de sa plume en lisant Marked Men. Et son talent ne s'est pas démenti ici! D'ailleurs, ma M. adorée qui l'a lu avant moi, m'avait prévenue: les héros sont bien dessinés et la ville en elle même est un personnage tant elle est importante (d'ailleurs, l'auteure elle-même le dit à la fin).
  Tour à tour, nous lisons l'histoire du point de vue de Bax, puis de Dovie. Tous deux ont le même passé difficile au coeur de The Point, pourtant, ils sont diamétralement opposés
  Bax sort de prison et tient à retrouver son meilleur ami qui l'y a envoyé. Et dans le genre mauvais garçon , Bax en a la palme. Brutal, sans pitié, il n'a pas peur de se battre et il ne fait aucune concession. Et au lieu de trouver Race, il tombe sur la soeur de celui-ci, Dovie.
  Comme lui, Dovie a grandi avec une mère pas vraiment présente dans un milieu violent mais pour autant, elle a une aura positive et elle se bat pour s'en sortir et aider les autres jeunes. Comme elle aussi elle veut retrouver son frère, elle va pousser Bax dans ses retranchements pour l'aider. Car sous ses airs de gentille fille, elle reste une habitante de The Point. Elle en connaît les codes, les quartiers, les dangers et elle est prête à les affronter. 
  J'ai beaucoup aimé le fait que Dovie ait ce caractère si bien déterminé. Elle ne renie jamais son côté sombre qui lui vient de son enfance. Et elle veut pousser Bax a accepter que lui justement, n'est pas que le mal. Quant à Bax, prêt a provoquer le pire pour elle, il est terriblement attachant.
  Et autout d'eux, en fil conducteur, The Point est toujours là, dure et brutale, dirigée par un homme qui veut contrôler Bax a tout prix.  
   J'ai vraiment aimé tout cet univers sombre. Les personnages ne sont pas tout propres. Et surtout, même si nous sommes dans une romance et que nous savons déjà que les deux héros vont finir ensemble, la surprise est au rendez-vous. Les révélations sont pile au moment parfait mais tout ne devient pas "parfait" justement!
  Je n'ai qu'une hâte c'est de lire le tome 2! 

Couverture de Bad, Tome 2 : Amour Dangereux   Pour Brysen, l’amour, ce n’est clairement pas au programme. Sa vie est bien trop remplie pour y caser un homme. Car, en plus de ses cours à la fac et de son job de serveuse, il faut aussi qu’elle s’occupe de sa famille qui part à la dérive depuis que sa mère dépressive a décidé de se soigner à la vodka. Non, vraiment, elle n’a pas le temps de s’amuser. Et encore moins de s’amuser avec Race, le frère de sa meilleure amie, dont la simple vue embrase tous ses sens. Elle ne doit surtout pas craquer, d’autant plus que le beau blond est aussi sexy que dangereux, et on murmure dans The Point qu’il est le nouveau roi de la ville… Alors, à chaque fois qu’elle le croise, Brysen met un point d’honneur à être aussi désagréable et méprisante que possible. Mais manifestement, il en faut plus que ça pour décourager Race. Et elle sait pertinemment que, lorsqu’il se décidera à passer à l’attaque, elle ne sera pas de taille à résister.

  




Mon avis: 
  Retrouver The Point après les grands changements du premier tome a été un vrai bonheur. Et c'est sur le même mode narratif, en altérant les points de vue, que nous sommes à nouveau happés par cette ville addictive.
  Race, est ici le personnage principal. Et contrairement à Bax, il n'est pas aussi sombre. S'étant promu chef de la ville, il veut surtout éviter qu'une nouvelle brute sans scrupules n'en prennent le pouvoir et ne fasse plus de dégâts. Si il ne cache pas pour autant ses activités illégales, il n'en garde pas moins une conscience et il sait que sans lui, la ville pourrait être bien plus dangereuse.
  Brysen, elle est une jeune fille secrète qui cache ses ennuis à la maison et fait tout pour sauver sa famille. Malheureusement, elle va vite réaliser qu'elle ne peut pas s'en sortir seule et qu'elle doit subir les conséquences des  choix désastreux de ses parents. 
  Les deux héros sont tout aussi attachants que Bax et Dovie. Moins torturés cependant, ils gardent un peu de leur âme intacte. De plus, le personnage de Karsen, la jeune soeur de Bry emmène un peu de fraîcheur dans l'histoire, même si elle aussi vit des moments terribles. 
  Encore une fois, cette histoire ne se résume pas à une banale histoire d'amour. Ici, il est question de choix de vie et des conséquences à payer si on fait les mauvais. De plus, en toile de fond, quelqu'un tente de mettre à mal le nouveau pouvoir mis en place par Race. The point est toujours là, douloureuse et sulfureuse, attendant que quelqu'un n'en reprenne réellement le contrôle pour calmer les esprits.
   La suite, risque d'être palpitante surtout lorsqu'on voit qui réapparaît à la fin!

Couverture de Bad, Tome 3 : Amour coupable   Elle est la seule femme qu'il ne devait pas aimer...
Pour Titus King, la vie est en noir et blanc. D’un côté, le bien, de l’autre, le mal. Et Reeve Black, celle que tout The Point déteste, appartient définitivement au côté du mal. Un mal sublime, insidieux, tentateur. Un mal auquel il a déjà été soumis et qu’il a tenu éloigné pour se préserver, bien conscient de son irrésistible attirance. Mais la beauté vénéneuse est de retour en ville. Témoin clé dans l’enquête qui doit permettre d’arrêter le cinglé qui sème des cadavres dans les ruelles, elle est menacée de toutes parts. Alors, Titus va devoir la protéger. Une protection rapprochée qui pourrait bien brouiller la frontière entre la lumière et les ténèbres…









Mon avis: 
  Enfin, j'ai fait plus ample connaissance avec Titus. Et le moins que je puisse dire, c'est que je ne suis pas déçue tant il est complexe et attachant
  En tant que flic dans The Point, je l'imaginais très tranché face au bien et au mal et bien endurci avec tout ce que sa carrière lui a fait voir. Mais Jay Crownover a été au-delà de cette simplicité pour en faire un personnage torturé, avec ses démons et ses regrets. Parce que sortir de The Point pour faire des études n'a pas été si simple. Si toutes ses épreuves ont été effleurées lors du premier tome, là, on les découvre entièrement et cela nous permet de mieux cerner le personnage
  Reeve que nous avions quittée précédemment de manière assez brutale revient elle aussi. Après ce qu'elle avait fait, il fallait tout le talent de l'auteure pour faire d'elle une héroïne attachante, toute aussi ambivalente dans son caractère que Titus. Tout au long du livre la jeune femme va se battre avec hargne pour se rattraper. 
  En fait toute cette histoire d'amour et une bataille âpre et difficile mais je dois dire que ces deux personnages s'accordent à merveille. Ils se complètent et s'apaisent et surtout, se maintiennent sur la ligne droite.
  En toile de fond, nous avons toujours The Point, cette fois au bord de l'implosion. Les filles des tomes précédents sont bien moins présentes mais c'est un plaisir de retrouver Bax et Race toujours aussi bruts de décoffrage! De plus quelques autres commencent doucement à prendre de l'importance, pour notre grand plaisir! Quant aux révélations, elles sont excellentes et vraiment surprenantes!


Bilan de la série: Tout au long j'ai été soufflée par le style de Jay Crownover! Avec brio, elle a su rendre chacun des personnages attachants et même plutôt addictifs alors qu'ils sont les archétypes des "mauvais" dans d'autres genres de romances! Des personnages normalement secondaires qui sont devenus ici des héros avec une belle âme mais qui ne redeviennent pas miraculeusement dans le droit chemin, bien au contraire! Ici point de fin de contes de fées! Et le top, c'est qu'elle a créé une ville, The Point, qui a un rôle prépondérant. Peut-être même plus important que les acteurs qui l'habitent. The Point est le coeur de cette trilogie. C'est cette ville qui a façonné chacun des personnages et les a rendu aussi forts et ambigus. Et c'est pour elle que tous se battent tous les jours!
  Sachant qu'un spin-off de cette série va paraître, centré sur des personnages qui ont pris de l'ampleur dans le dernier volet, il n'y a plus qu'a espérer que les Editions Harlequin les éditera!